Quelques dates pour mieux situer l’histoire du pont du Gard

De la construction des premiers qanats1 en Urartu, vers 800 av. J.-C., ou de l’aqueduc de Sennacherib en Assyrie, vers 690 av. J.-C., c’est-à-dire quatre siècles après le début de l’Âge du fer, en Orient,  le pont du Gard et l’aqueduc de Nîmes implantés vers le milieu du premier siècle ap. J.-C., profitèrent d’acquis indispensables :

  • la technologie du fer,
  • la construction de la voûte,
  • les connaissances des ingénieurs assyriens, grecs, étrusques et romains qui maîtrisaient la géométrie dans le plan et dans l’espace ainsi que des notions de physique , à une époque où la boussole n’existait pas.
               

*
*     *

Avant le pont du Gard

  • – 690, pont-aqueduc de Sennacherib
  • -550, aqueduc d’Eupalinos (Île de Samos)
  • – 312, l’Aqua Appia, premier aqueduc de Rome
  • -272, l’Aqua Anio vetus
  • -144, l’Aqua Martia
  • -125, l’Aqua Tepula
  • -37, l’Aqua Julia
  • -19 l’Aqua Virgo
  • 2 ap. J.-C. l’Aqua Alsietina
  • 36, l’Aqua Claudia et l’Aqua Novus

Quelques dates plus ou moins liées à l’histoire du pont du Gard

  • datation des études (vers 30 ap. J.-C. ?)
  • Sa construction, vers 40-50 ap. J.-C.
  • 41-54, Claude d’origine gauloise devient empereur
  • 49, le Nîmois Domitius Afer exerce la fonction de curateur des eaux à Rome
  • 54-68, Néron empereur
  • Fin du premier siècle : période de réglage sur l’aqueduc de Nîmes
  • 97, Frontin écrit le Traité des eaux de la ville de Rome

*
*     *

  • milieu du premier siècle, un séisme aurait détruit une partie de l’aqueduc dans l’actuelle commune de Vers – Reconstruction
  • Début, milieu du quatrième siècle autre séisme- reconstruction
  • quatrième siècle : utilisation sauvage de l’aqueduc à des fins agricoles, peut-être artisanales,
  • Début sixième siècle : abandon progressif de l’aqueduc
  • 736- Charles Martel chasse les Wisigoths et ruine le pays- destruction partielle de Nîmes
  • juillet 1293, première mention du pont du Gard (Charvet, Histoire de Remoulins),
  • 25 juin 1554, plus ancienne esquisse connue du pont du Gard (Platter, étudiant en médecine),
  • XIV siècle, creusement des échancrures au pied de sept piles du deuxième niveau du pont du Gard, côté rive droite de la canalisation
  • 1700-1702- restauration du monument
  • 1743-1745, construction du pont Pitot, le pont routier attenant au pont romain,
  • 1828- pose de témoins pour surveiller l’écartement possible des lézardes qui parcourent les piles,
  • 1844, restaurations entreprises par l’architecte Questel,
  • 1921, pose d’autres témoins,
  • 1900-1907, deux crues centennales du Gardon
  • 1932, nouveaux témoins,
  • 1935, injection de ciment liquide entre les assises (grave erreur)
  • 1950, colmatage des excavations sous-marines à l’aplomb des piles de l’arche majeure du pont du Gard,
  • 1958, crue centennale du Gardon
  • 1981, mise en place de cinquante-quatre tirants (27 sous chaque pile) pour contenir les massifs rocheux sur lesquels s’appuie l’arche majeure,
  • 2002, crue centennale
  • 2006, intervention pour consolider les massifs rocheux (Marcel Basso, Michel Lescure)

*
*    *

1840, inscription du pont du Gard sur la liste des « monuments majeurs »
1932, le site du pont du Gard est classé « site pittoresque »
1985, le site du pont du Gard est classé sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO,

Pour faciliter vos recherches, nous vous invitons à consulter le lexique : cliquez ici- clicou informez nous, cliquez là : clic.


RETOUR vers l’ACCUEIL

RETOUR vers Visiter l’aqueduc

RETOUR vers Visiter le pont du Gard

 

 

  1. galeries souterraines pour la récupération des eaux infiltrées []