Instruments de nivellement

Niveler demeure  une opération géométrique fondamentale pour qui veut construire un aqueduc dans lequel l’eau circule seulement grâce à son propre poids.

Parmi les instruments de nivellement on distingue les dioptres et les vases communicants.

Les dioptres étaient des appareils de visée oculaire qui ne fonctionnent qu’en parallèle avec l’oeil de l’observateur, on devrait parler plutôt des systèmes « oeil-dioptre ».
Alors que les niveaux à eau à longue portée, dont l’intérêt repose sur le principe fondamental de l’hydrostatique, énoncé seize siècles plus tard par Pascal1 sont totalement indépendants de l’oeil. Ils constituaient donc, selon toute vraisemblance le seul moyen sérieux de maîtriser des pentes des aqueducs.

Parmi les instruments du genre dioptre les plus couramment cités, notons ceux qu’évoquait Vitruve dans le livre VIII de « De l’architecture » :

  • les niveaux d’eau (sous-entendu à courte portée – 1 ou 2 mètres) ;
  • les balances à eau ;
  • les chorobates (du moins une certaine conception du chorobate2, la plus fréquemment retenue par les archéologues contemporains). Ces appareils n’offraient pas une précision supérieure à 0,1%, ils n’étaient donc pas utilisables pour implanter un aqueduc, celui de Nîmes en tout cas.

Pour en savoir plus,

  • consulter les actes du colloque « Autour de la Dioptre d’Héron d’Alexandrie » : cliquer ici
  • Sur les limites du système oeil-chorobate pour l’implantation de l’aqueduc de Nîmes : cliquer ici.

 

RETOUR

  1. Dans un liquide en équilibre de masse volumique uniforme, la différence des pressions en deux points est égale au poids de la colonne de liquide ayant pour section l’unité de surface et pour hauteur la différence de niveau des deux points []
  2. Germain de Montauzan en donnait une autre, mais pas plus précise []