À l’ombre du gnomon, les instruments de mesures antiques- À l’attention des éducateurs

« Le gnomon, un bâton planté par terre, une branche de noisetier peut-être, lisse et droite. Son ombre se déplace quand le Soleil brille. Tout en tournant autour de son pied, elle diminue de longueur jusqu’au milieu du jour après quoi elle s’allonge indéfiniment jusqu’au soir pour se fondre avec la nuit quand le Soleil disparaît. Puis, «phénomène inexplicable », elle réapparaît au même point de départ sans qu’on l’ait vue revenir et renouveler sa majestueuse promenade dans le ciel. Les  Sumériens qui avaient remarqué la périodicité du phénomène, en étaient  troublés et doutaient de la nature plate de la planète. Ils l’ont noté sur leurs tablettes et pressentaient alors l’existence d’une corrélation entre l’ombre portée par ce bâton et la position du Soleil dans le ciel. Mais comment et pourquoi ? Quel mystérieux mécanisme, quelle force immatérielle pouvaient engendrer pareil phénomène à une époque où n’existaient ni roues dentées, ni engrenages, ni ressorts, ni bielles et manivelles – aucun mécanisme apparent ! La réponse demanda des millénaires d’observations, de réflexion et probablement d’expériences ».

               Dans son ouvrage, Claude Larnac, professeur de mathématiques, retraité, membre actif de nombreuses associations culturelles, raconte à partir de sa propre expérience, comment l’éducateur peut participer à développer la curiosité et une meilleure connaissance des objets qui nous sont familiers afin de dégager une finalité de l’éducation et de la culture.

RETOUR

Ce contenu a été publié dans culture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.