Le château de Saint Privat

– Qu’est-ce que l’aqueduc de Nîmes ?
– « une parabole dont le foyer est le château de Saint-Privat » répondait, non sans fierté,  le mathématicien Jean-René Fenwik, époux de l’actuelle propriétaire de cette belle demeure historique.
L’histoire du château, fort bien racontée par Louis Bascou1, a été reprise par de nombreux auteurs, Alix Audurier Cros en particulier2.
Avant d’être château, le site fut occupé dès l’époque gallo-romaine. Gratien Charvet le situait sur une voie antique, partiellement pavée,  rejoignant la basse vallée du Gardon au plateau de Lédenon en passant par la combe dite « de Nîmes », voie directe de Vers à la plaine du Vistre. De nos jours, cette voie perdue dans la garrigue, abrite de nombreuses compagnies de sangliers.
Des vestiges gallo-romains, des sépultures gravées, des ossements, des meules à bras,  des briques, une tombe recouverte par une tegula3, des sarcophages. Les marques d’un passé.
Ce lieu qui fut successivement « villa » gallo-romaine, prieuré, abbaye, château,  situé à l’entrée de la dernière partie des gorges du Gardon, à 2 km à l’ouest du célèbre pont du Gard, a joué un rôle certain dans l’histoire locale, dans celle du pont du Gard,  mais aussi dans celle de notre pays.  Etat-major pour finir du quartier général allemand qui commandait les troupes d’occupation du Midi de la France (1942-1944).
Jean-René Fenwik avait raison. De même que le foyer d’un paraboloïde concentre toute l’énergie qui tombe sur sa surface, Saint-Privat a reçu des rois, des reines, des ministres, des cardinaux : François Ier, Louis XIII, Richelieu, Louis XIV, Colbert et d’autres. C’est à Saint-Privat, immense propriété qui incluait jusqu’en 1916 les terres du pont du Gard,  que Louis XIII et Richelieu signèrent la dernière phase de la grâce d’Alais, mettant fin aux fratricides guerres de religion.

Soulignons aussi le rôle actif que jouèrent M. et Mme Fenwik auprès du CIDS et de la Barque vieille dans la lutte qu’ils ont menée contre le projet Baumet de 1990 à 1994. Décédés tous les deux, le château est maintenant propriété d’un particulier.

 

Pour en  savoir plus :

Louis Bascou, Essai historique sur le château de Saint-Privat, … », Nîmes, 1911
Alix Audurier Cros, Les jardins du château de Saint-Privat, Conservation des monuments Historiques du Languedoc-Roussillon, Juin 1992

Sont passés ou ont séjourné à Saint-Privat :

Charlemagne qui prit les eaux de Meynes,
Simont de Montfort (1241),
Charles Quint,
François Ier (1541),
Marguerittes de Valois,
Louis XIII (4 fois : 15 juillet 1629 – paix d’Alais-, 1632, 1 er mars 1642, 19 juin 1642),
Turenne,

la duchesse de Rohan,
Mme de Maintenon,
la comtesse de Roure,
Richelieu (paix d’Alais),
Henri de Montmorency (1541),
le cardinal de Bouillon (14 juillet-20 juillet 1689)
L’écrivain américain (puis naturalisé anglais) Henri James (renseignement apporté par Mme A-G. F, lectrice de notre site internet. Passage vers 1880.

RETOUR

  1. Essai historique sur le château de Saint Privat : la vallée du Gard, ses seigneurs, ses possesseurs« , Imprimerie générale Nîmes, 1911  []
  2. Le château de Saint-Privat, Mission Pont du Gard, 1997 []
  3. tuile romaine, réceptacle de la pluie []
Ce contenu a été publié dans culture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.